La culture de la vanille

Vous êtes ici : Accueil / La vanille / La culture de la vanille

La culture

Pour ceux et celles qui ne le savaient pas, la vanille est une orchidée qui a besoin d’un tuteur pour se développer et grandir.

La première étape consiste à sélectionner les parcelles qui accueilleront les futures boutures de vanille. Sur notre exploitation nous avons choisi d’utiliser plusieurs tuteurs. On retrouve principalement le palmiste rouge ou blanc* (cœurs de palmier) mais également les arbres sur lesquels la vanille se développe bien.

Lorsque nous utilisons les arbres présents depuis des décennies, nous devons préparer le terrain par l’élagage des branches et des arbustes qui gêneront au développement des futures lianes de vanille.

Lorsque nous utilisons le palmiste comme tuteur, nous devons préparer le terrain au moins 8 ans en avance. En effet, nous avons la chance d’avoir une forêt comme base. Ainsi que nous devons choisir les parcelles où aucuns arbres ne sont utiles et tout « raser » (défrichage) manuellement. En moyenne il faut 1 an à une personne pour défricher 1 ha.

Une fois le tableau vierge, nous devons commencer la plantation des palmistes et attendre des années avant d’avoir des palmistes à une hauteur suffisante pour y mettre les boutures de vanille.
Années où les jeunes pieds devront être surveiller pour empêcher aux mauvaises herbes de prendre la place et de tuer les pieds (désherbage manuel).

Une fois le terrain prêt à accueillir la vanille, nous commençons le bouturage. Mais comment cela se passe ?

Les boutures de vanille

Pour obtenir une bouture de vanille, nous prenons le « cœur » d’une liane c’est-à-dire la jeune pousse. Pour permettre un renouvellement des parcelles c’est des centaines de boutures qui doivent être plantées chaque année. La mise en place d’une nouvelle parcelle nécessite encore plus de bouture.

La gestion de ce renouvellement est assez compliquée car les boutures sont rares. En effet, pour avoir de nouvelles boutures, nous devons laisser les anciens « pieds » se développer. Pour celui-ci, nous ne devons pas faire de fécondation des fleurs. Cela diminuant ainsi la quantité récoltée. C’est pour cela que c’est un choix assez délicat, entre rendement et développement. En moyenne, nous laissons chaque année près de 1 000 pieds de vanille non fécondés pour le renouvellement.

Les boutures d’un mètre sont ainsi « plantées » et attachées sur le tuteur.

Le bouclage

La vanille est une liane grimpante qui va chercher la lumière du soleil. Plus le tuteur est grand plus la liane montera haut. Ainsi chaque année, nous devons ramener les lianes à maximum 1m80 de haut pour permettre la fécondation des fleurs.

Compte tenu de la nature de nos terrains et la surface, nous n’arrivons jamais à faire descendre toutes les lianes. Celles qu’on n’a pas pu descendre serviront pour les futures boutures.

La Floraison – Fécondation

La floraison commence en général vers la mi-octobre. Il y a quelques fleurs qui font leurs apparitions mais nous faisons rarement les premières fleurs. En effet, il faudrait environ une demi-journée pour passer sur une parcelle pour ne faire que 5-6 fleurs. Cela n’est pas rentable du tout. Du coup nous passons une fois en début de saison pour connaitre l’avancée de la floraison. En fonction des boutons floraux, nous pouvons prédire la date à partir de laquelle nous commencerons la fécondation de nos fleurs. Cela varie selon les années mais en moyenne, c’est à partir de 200 fleurs ouvertes que nous partons dans le champ.

La floraison peut aller jusqu’à la fin décembre voire le début janvier. Après tout comme le début de la saison, à partir d’un certain nombre de fleurs cela n’est plus rentable.